• Utilisation des huiles essentielles dans les préparations traditionnelles

    Une réflexion et quelques informations concernant l'utilisation des huiles essentielles dans les préparations traditionnelles à base de plantes.

    Cette réflexion fait suite à la dernière session de formation "pommades et huiles végétales" à l'Institut Suisse de santé & Longévité en février 2016. Un très chouette week-end fait aussi d'échanges très riche. Une question aussi qui mérite quelques éclaircissements et un complément d'informations sur le dosage des huiles essentielles dans une pommade ou une huile végétale.

    Réflexion sur l'utilisation des HE dans une pommade

    Bien que le but de cet article soit d'apporter un complément d'informations sur le dosage des huiles essentielles dans les pommades maison et les huiles végétales, je voudrais débuter par quelques réflexions sur ce sujet. En effet, aujourd'hui on trouve nombres de recettes à base de plantes qui suggèrent l'usage d'huiles essentielles (HE) dans nos préparations.

    Les HE sont des produits très concentrés, extrait des plantes, et présentent de nombreux intérêts. Il convient de souligner que cela nécessite des connaissances précises pour en faire un bon usage, certaines conviennent à une utilisation sur la peau et d'autres sont dermocaustiques et demandent à être très diluées avec des précautions d'emploi. Comme elles sont très concentrées, il est recommandé de les diluer dans une huile végétale pour les utiliser. Mais à quelles doses? Par principe de précaution, mieux vaut s'adresser à un spécialiste pour s'assurer des conseils valables et éviter des problèmes.

    De nos jours nous avons la chance de pouvoir trouver des HE d'excellentes qualités et leur usage dans les préparation maisons, pommades et huiles végétales, peut s'avérer très intéressant pour potentialiser les effets des plantes utilisées dans nos préparations. Comme les disent les Anciens, "trop ou trop peu gâche beaucoup", ce serait donc du gaspillage d'en mettre trop peu pour bénéficier de peu effets ou au contraire de trop et risque des effets indésirables. Vraisemblablement, le nombre de gouttes doit aussi varier selon les HE utilisées, sans négliger aussi le pouvoir olfactif des HE et leurs effets connexes, et l'usage auquel l'on destine le produit fabriqué.

    Cependant, dans nos formations nous nous référons aussi au savoir des Anciens et à des recettes traditionnelles, et il semble peu probable que l'usage des HE aie été très répandu par le passé. L'usage traditionnel des plantes répondaient aussi à un besoin des foyers de soigner les maux quotidiens dû à l'éloignement des médecins et la difficulté d'accès à des médicaments. Les Anciens avaient recours aux plantes qu'ils connaissaient et étaient disponibles à proximité de chez eux, ils fabriquaient et utilisaient des produits auxquels ils avaient facilement accès. Aujourd'hui, dans une société de mondialisation et de sur-consommation, tout et n'importe quoi devient facilement accessible. Mais n'oublions pas que cela n'a pas toujours été le cas. L'intérêt de fabriquer ses propres produits est aussi de s'assurer d'une certaines qualité des ingrédients face aux dérives de l'industrialisation et des marchés économiques qui pour baisser les coûts de productions n'ont pas toujours recours aux matières premières de bonne qualité ni les plus pertinentes pour notre santé. L'intérêt réside aussi dans le processus, se responsabiliser et prendre en main ses soins, commence déjà par la marche elle-même dans la nature, la rencontre de la plante et sa cueillette, la préparation de son produit, puis son utilisation. C'est tout, également lié au rapport au terroir. Ce n'est pas tout à fait un hasard si certaines espèces poussent à proximité de chez soi ou si certaines espèces se trouvent dans une région. Le corps et l'esprit réagissent aussi en fonction du terroir, souvent nous répondons mieux aux produits de notre terroir qu'a un produit exotique... au même titre que les régimes alimentaires "locaux" correspondent aux climats et au mode de vie régionaux... Mais tout cela se perd avec la mondialisation, les rythmes de la société post-moderne, et la déconnexion avec les rythmes de la nature.

    Fabriquer ses propres produits c'est aussi se reconnecter avec la nature et ses rythmes, et si nous organisons des formations c'est également pour préserver les savoirs traditionnels et ne pas perdre les usages des Anciens. Donc l'usage des HE n'est pas indispensable dans nos préparations, les propriétés des plantes et recettes traditionnelles permettent justement de les utiliser sans avoir recours au long procédé et aux importantes quantités de plantes nécessaires pour produire et extraire des huiles essentielles de celles-ci. Ceci est une précision quant à l'usage des plantes dans les recettes traditionnelles, cela ne remet absolument pas en question ni l'intérêt ni la pertinence de l'aromathérapie, en tant que discipline à part entière et ressource pour les soins en médecine alternative et complémentaire.

    Le dosage des HE dans une pommade ou une huile végétale

    Généralement, l'aromathérapie utilise les huiles essentielles diluée dans des huiles végétales compte-tenu que l'usage des HE pures reste réservé à certaines circonstances et des HE précises. Rajouter donc des HE dans une huile végétale (HV) nous renvoie à l'aromathérapie. Autrement dit, les huiles végétale sont les supports privilégié pour les HE.

    Voici quelques principes repris de l'ouvrage de Michel Dogna "280 huiles essentielles" aux éditions Guy Trédaniel:

    • Le dosage des HE dépend de la surface traitée. Plus la zone d'application est étendue, plus la dilution des HE est importante
    • la dilution dépend du pouvoir dermocaustique (DC) des HE. Je vous invite à vous référer aux propriétés des HE et leur recommandation d'usages dans des livres de références et auprès de spécialistes.
    • Dans les huiles végétales pour une application locale (c'est-à-dire plus petit que la paume de la main): le dosage est de 10% à 20% pour les DC+, et de 25% à 50% pour les DC
    • Pour des massages du corps: maximum 10% de HE DC dans une HV et max. 5% d'HE DC+
    • Pour les bains aromatiques, non seulement les HE sont diluées dans une base, 10 gouttes recommandée, mais ensuite ce mélange sera dilué dans l'eau. Attention seulement certaines HE conviennent pour cet usage, vu que le corps entier est plongé dans l'eau
    • Dans une émulsion, ce qui correspond à l'usage en crème dans une base dite "d'emuslan ou d'emulsio" il est recommandé un dosage de 5 à 20% d'HE. Soit pour 40 ml de base entre 2 ml et 10 ml d'HE.
    • 1ml d'HE correspond à 40-45 gouttes avec une pipette. D'autres sources indiquent 35 gouttes pour 1 ml d'HE avec un compte-gouttes sur la bouteille. Certaines indiquent aussi 20 gouttes pour 1 ml. Je pense que cela dépend du compte gouttes et qu'il faut se référer aux indications du producteur. Sinon tester le compte goutte, sachant qu'une cuillère à café = 5 ml, combien de gouttes pour remplir la cuillère? Cela devrait donner une indication assez juste du nombre de gouttes réelles en le divisant par 5.

    Pour l'usage dans des pommades, je vous invite donc à reprendre les recommandations pour l'émulsion. J'aurais tendance à ne pas dépasser les 5% considérant que les pommades maisons contiennent déjà des principes actifs de plantes. Et évidemment le choix des HE dépend des plantes déjà utilisée et que l'on souhaite potentialiser.

    Concernant les huiles végétales recommandées pour diluer des HE, le choix dépend évidemment de l'usage auquel on destine le produit tant pour la base HV que pour les HE. Il convient aussi de prendre en compte le type de peau traité. Dogna recommande les huiles végétales suivantes: huile d'aloès, huile d'amande douce, huile d'avocat, huile de coco, huile de germe de blé, huile de jojoba, huile de millepertuis, huile de noisette, huile de noyau d'abricot, huile d'olive, huile de pépin de raisin, huile de sésame, huile de tournesol.

    Pour ma part j'utilise peu les HE dans mes préparations ou de façon très ciblée pour des baumes plus particulièrement. Mes dosages sont plutôt de l'ordre de 1% à 5%

    Quelques base de conversion, grammes (g), millilitres (ml), gouttes (gte)

    C'est bien joli de connaître les principes de dosage en %, mais à après encore faut-il pouvoir calculer les quantités. Les recettes indiquent des quantités en grammes ou souvent en ml ou cl, et les ingrédients ne sont pas toujours dans la même unité de mesure. Notre problème ici, c'est de convertir des masses (poids en gramme et kg) en volume (litres, centilitres, millilitres) pour trouver les correspondances pour nos dosages. Voici donc quelques indications pour s'y retrouver...

    Côté volumes: 1 litre = 10 dl = 100 cl = 1000 ml

    Côté poids: 1kg = 1000 g

    Jusque là c'est simple. les grammes correspondent au millilitres (ml) Pour l'eau c'est assez facile 1 litre = 1 kg, donc 400 g =400 ml, donc 40 cl.

    Où ça se complique c'est que la masse volumique varie d'un liquide à l'autre selon la densité du liquide. Pour la même masse on n'obtient pas le même volume selon le type de liquide en fonction de sa densité. L'eau est à 1.0, les huiles végétales et essentielles autour des 0.9, les poudres à 0.5, les crèmes fluides ou laits à 0.9, les crèmes épaisses (à base de graisse comme le beurre) à 1.0, l'alccol à 0.8, la glycérine végétale à 1.3. Cela peut paraître minime, mais dès qu'on augmente les quantité cela peut représenter des différences importantes. De plus, toutes les huiles n'ont pas exactement la même densité et varient selon la température. Les données ici s'appliquent pour une température ambiante de 20°C.

    Pour se simplifier la tâche le plus mieux est d'utiliser toujours les mêmes unités de mesures en grammes (g) pour le poids, et les millilitres (ml) pour les volumes. Ces unités se correspondent et nous permettent de faire des calculs sur les principes de la règle de 3.

    le volume en ml = la masse en gramme divisé par la densité

    la masse en g = la densité multipliée par le volume en ml

    Ceci dit, pour nos produits d'huile végétale ou de pommade, ainsi que pour la térébenthine médicinale, les teintures et la glycérine végétale nous pouvons considérer l'ensemble à 1.0 de densité.

    3% = 3 grammes pour une préparation finales de 100 grammes, soit de 3 ml pour 100g ou 100 ml de préparation finale.

    Si j'utilise 400g de base de graisse, je multiplie tout par 4. Donc 3x4= 12 ml, par exemple de glycérine végétale pour 400g de saindoux.

    Pour les huiles essentielles, si je veux rajouter 1% d'HE à ma préparation de 400g. Donc 1g pour 100g = 4g pour 400g.

    Si je tient compte de la densité des huiles essentielles. Ici partons de l'idée que c'est de l^HE de lavande officinale pour 1% de préparation sur une base de 400g de saindoux. La densité de l'HE de lavande =0.88, je veux ajouter 4g. Donc 4g/0.88= 4.5 ml (arrondi)

    Considérant 35 gouttes d'HE (au compte goutte de la bouteille) = 1ml. J'ajoute 4.5x35=157 gouttes d'HE pour 400g de saindoux. Si nous tenions pas compte de la densité cela nous donnerait pour 400g, 4 ml d'HE, soit 140 gouttes. Comme c'est en-dessous nous ne prenions pas le risque d'un surdosage. C'est quand la densité est au-dessus de 1.0 que cela peut nous poser problème.

    Plusieurs sites Internet visités au cours de mes recherches recommandent de doser les produits entre 2 à 5%, 2% max pour les produits destinés au visage, 5% pour les produits pour le corps. Cela renforce mon idée de ne pas ajouter plus de 5% à des préparations maison, voire à se limiter à 1% puisque dans notre cas il y a déjà des principes actifs de plantes. Les HE sont très concentrées et sont un plus, elle potentialisent les effets des plantes et ajoutent leurs dimensions olfactives.

    A noter que lorsqu'on utilise une complexe d'huiles essentielles, comme le bain aux huiles Kneipp par exemple, les HE sont déjà diluées dans un solvant, l'indication de 10% reste donc valable.

    Conclusions

    Je souhaitais rendre compte de mes dernières recherches et restituer les détails pour cette question de dosage et d'ajout d'HE dans les préparations. Ceci dit je doute que les Anciens se compliquaient tant la vie. Ce qui me semble important c'est de retenir que 1g = 1ml, 1% de 100g = 1g, 1ml d'HE= entre 20 et 35 gouttes généralement. Et de rappeler qu'il faut éviter les HE pour les enfants et les femmes enceintes ou allaitantes, seules certaines HE peuvent leur convenir avec des dosages adaptés sur les conseils de spécialistes.

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :